Des Tesla électriques pour remplacer le nucléaire à Fessenheim Politique et réglementations

Avec la production de Tesla et de batteries électriques de nouvelle génération, Fessenheim renouvellera son économie et son image.   © © DR
Actualites

Les Industriels

Michel Grinand

Sauver les emplois de Fessenheim. Ironie du sort, l’électricité restera d’actualité à Fessenheim après la fermeture de sa célèbre et vieillissante centrale nucléaire. Le 24 janvier dernier, le conseil d’administration d’EDF a en effet autorisé l’entreprise à signer le Protocole transactionnel qui accompagnera la fermeture de la centrale. Celui-ci prévoit qu’une commission mixte franco-allemande, mandatée conjointement par la ministre de l’Energie française Ségolène Royale et par le vice-président Sigmar Gabriel, ministre fédéral allemand de l’Economie et de l’Energie, mette en œuvre des projets industriels nouveaux qui assureront l’avenir du bassin d’emplois.

Des batteries et des Tesla. Outre la mise en place d’une filière industrielle de démantèlement de centrales nucléaires, manière de valoriser ce savoir-faire auxquels les salariés de la centrale auront l’occasion de se former, le protocole prévoit l’implantation d’une usine franco-allemande de fabrication de batteries de nouvelles générations. Le territoire candidatera aussi pour l’implantation d’une usine de fabrication de véhicules électriques Tesla. Il semble donc que l’avenir de Fessenheim restera lié à la fée électricité pour encore longtemps. Mais, cette fois, il ne sera plus question d’en produire, mais d’en consommer.

MG

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.