Lyon : 400 projets et 160 millions en faveur des mobilités actives Politique et réglementations Territoires

  © JFB
Actualites

Les Collectivités

Jean-François Belanger

Le Plan d’Actions pour les Mobilités Actives (Pama) vient d’être présenté en cette fin avril par Gérard Collomb, président de la Métropole de Lyon. Il recense 400 projets favorisant la marche et le vélo dans l’agglomération, pour un investissement global de 160 millions d’euros. L’expression « Modes actifs » regroupe en fait tous les modes de déplacement dans la rue sans autre apport que l’énergie humaine. Ceux-ci doivent être pensés en lien étroit avec les transports collectifs, le co-voiturage, l’auto-partage ou l’utilisation des taxis.

Le Pama s’inscrit donc dans une stratégie globale et partagée, faisant suite aux bilans tirés à la suite du Plan Modes Doux, lancé dès 2003 et réactualisé en 2009. Ainsi, depuis 2005, la pratique du vélo a été multiplié par 3. On note que l’augmentation de la pratique du vélo progresse deux fois plus vite en intermodalité qu’en mode principal et que la part modale du vélo pour les trajets domicile-travail est passée de 4,5 % à 5,5 %. Ces résultats sont à mettre au crédit des investissements réalisés en la faveur de ce mode : un linéaire cyclable multiplié par trois depuis 2001, le nombre des arceaux de stationnement multiplié par trois… et le succès de Vélo’v, le système de vélo en libre circulation (8,5 millions de trajets depuis son lancement en 2005). De son côté, la marche à pied progresse elle aussi.

Lyon-Villeurbanne plus doux qu’Amsterdam ou Copenhague

Ainsi, si on compare les chiffres de Lyon avec ceux de capitales européennes souvent citées en exemple, on constate que, dans la zone centre, la part modale vélo-piéton cumule à 48 %, contre 42 % à Amsterdam et 46 % à Copenhague. L’idée du Pama est encore d’aller plus loin, en développant les infrastructures, en multipliant les services et en développant les concertations et la communication. Par exemple, il est prévu de faire passer le réseau cyclable de 600 kilomètres aujourd’hui à 1 000 kilomètres en 2020. Ces opérations prévues dans le cadre d’une programmation pluri annuelle ont été votées le 6 juillet dernier et représentent un budget de 160 millions d’euros.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.