LGV : Les Côtes d’Armor se préparent à « l’effet domino » Territoires

  © MC
Actualites

Les Collectivités

Michel Chlastacz

Dans un peu plus d’un an, Rennes sera à 1 heure 35 de Paris grâce à la mise en service de la LGV Bretagne-Pays de la Loire entre Le Mans et Rennes. Dans un bel effet domino, les villes situées à l’ouest au-delà de Rennes bénéficieront de gains de temps de parcours depuis Paris qui atteindront 45 à 50 minutes. Une perspective qui oblige la SNCF et la région Bretagne à revoir l’offre TGV et TER, tant au point de vue de la consistance que des performances. En commençant par la « dorsale costarmoricaine », autrement dit la section (Rennes) Saint-Brieuc – Lannion de l’axe Rennes – Brest, desservie par TGV avec les lignes TER en correspondance depuis Guingamp vers Carhaix et Paimpol.

Outre 1,5 aller-retour TGV supplémentaire entre Rennes et Saint-Brieuc, ce qui portera la desserte quotidienne à 10,5 allers – retours, la dorsale bénéficiera de 7,5 allers – retours quotidiens TER supplémentaires de Saint-Brieuc à Lannion. Essentiellement liés aux flux domicile-travail, ils tiendront compte de correspondances TGV possibles offrant des gains de temps appréciables. Parallèlement, la ligne Guingamp – Paimpol, dont l’état de la voie est critique, bénéficiera d’une totale rénovation de septembre 2016 à avril 2017, afin de faire passer la durée de trajet de 1 heure 10 aujourd’hui à 45 minutes, le meilleur temps de trajet Paimpol – Paris en correspondance à Guingamp pouvant ainsi être réalisé en moins de 3 heures 30 !

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.